Un départ précipité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un départ précipité

Message  Tenea Adventac le Ven 8 Juin - 16:50

Elle avait fait sa besace!
Elle avait glissé une lettre sous la porte de l'antichambre de sa soeur Zorgl

La voilà à l'écurie à sortir Jézabel de son enclos pour la monter une fois à l'extérieur.

Cette fois sa décision était mûrement réfléchis. Pas de coup de tête. Pas de retour en arrière. Elle ne ferait pas honte à sa soeur et ni au reste de la famille. Elle vaincrait se qui la tourmentait en partant loin pour un certain temps.

Tenea reviendrait quand elle aurait vaincu ce mal dont elle était atteinte.

Après un dernier regard au domaine, qu'elle commençait à apprécier, Tenea fit aller les brides pour que Jezabel débute son trot et ensuite son galop. C'est ainsi que Tenea disparue au loin, laissant derrière elle une suite de poussière, qui peu à peu disparue...

Des larmes, de la colère et de découragement se voyaient sur son visage. Que personne ne remarquerait. C'en était terminée d'être tirailler entre le bien et le mal. Son amour s'éteindrait, elle en était certaine. Parce qu'elle le désirait ardemment.

Cela par contre, prendrait beaucoup de temps. Mais la route elle ne la ferait pas seule. Elle partait avec quelqu'un, dans un autre comté. Au moins, ne serait-elle pas seule avec elle-même.
avatar
Tenea Adventac

Messages : 103
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Limoges

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Quelque part entre Agen et Meauzac

Message  Tenea Adventac le Sam 9 Juin - 12:15

Tout allait bien! Jezabel quoique plus lente depuis quelques temps, galopait bon train.... C'était fort agréable pour elle de sentir le vent sur son visage. Vent aux effluves d'herbes, d'air fraiche et de fruits. Comme si pas loin, dans les champs, ... et l'agréable étonnement l'émerveilla.

HO des fraises! dit-elle tout haut en reconnaissant la succulente odeur qui vint jusqu'à ses narines, faisant rebondir son ventre qui commençait à ressentir la faim. C'est qu'elle était partie sans manger cette Tenea impulsive.

Pourtant cette pensée fut vite oubliée quand soudain la jument, Jézabel, henni bizarrement, que Tenea dû descendre de son dos pour venir flatter son encolure et sa crinière pour la calmer...

Ce qui s'averra bien inutile. Elle semblait plus souffrir qu'autre chose.


Allé, vient pas belle... on va juste aller dans ce champ presque plat.... Lui dit-elle après avoir jeté un coup d'oeil aux alentours pour ne voir que des champs à perte de vue et celui-ci, tout près, très bas. Ce qui faciliterait la jument à se coucher dans l'herbe.

Jézabel, quoique réticente, se laissa amener et s'écroula dès que Tenea eut cessé de tirer sur les brides.

La jeune femme était très inquiète. Se demandant sérieusement ce que pouvait avoir la jument. Elle regarda même ses sabots pour s'assurer que ses fers étaient en bon état ou qu'un quelconque objet l'eut gravement blessé. Mais rien
.

Mais qu'as tu ma belle ?

De plus en plus inquiète, Tenea se mit à caresser doucement le ventre de la jument...Pour sentir qu'il était dur comme pierre. Ce qui était très étrange. Certes, les muscles des chevaux étaient toujours durs, mais à ce point... C'était impensable. En plus, qu'à son touché, Jezabel henni doucement...

Je suis vraiment inquiète beauté.... Zorgl ne sera pas contente que je t'ai blessé dans une course folle et que là tu en sois à l'agonie...

Sans prêter attention à se qu'elle faisait, trop préoccupée par ce qui se passait, mais dont son regard avait prit connaissance informant ainsi son cerveau du message visuel, Tenea prit une fraise et la mangea jusqu'aux feuilles, qu'elle rejeta au sol sans réaliser encore se qu'elle faisait.

Parce que le champ bas, était effectivement des rangées de plants de fraises qui étaient presque tous à maturités.
avatar
Tenea Adventac

Messages : 103
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Limoges

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Quand l'inquiétude s'émerveille.

Message  Tenea Adventac le Sam 9 Juin - 20:16

Jezabel s'agita davantage. Hennissant de plus belle. Secouant la tête appelant au soulagement. Tenea lui caressait le ventre impuissante et découragée.

Et la jument se calma. Reposant sa tête sur le sol. Hennissant cette fois faiblement. Ce qui était étrange. Tenea pensa à une accalmie. Pas à une fin des souffrances. Lui donnant enfin une potentielle possibilité.

Derechef elle se leva, pour aller à l'extrémité de la jument mais vers le haut, pour s'éviter un cruel coup de sabot d'un cheval en douleur. Parce qu'elle se doutait d'une chose et levant la queue de la bête, elle eut l'affirmation de sa pensée.


HO! Jezabel, tu es entrain de mettre bas! Pardi! Beauté, comment j'vais faire ?

Là elle était nerveuse la belle Tenea. Seule avec une jument qui accouchait sans avoir jamais assisté même une femme. Et pourtant, l'inévitable était devant elle. Elle devait aider Jezabel à sortir son poulain.

En plein champ, isolées toutes les deux, loin d'Agen, Tenea se donna du courage et dit à la jument quand celle-ci recommença à souffrir,


Allé ma belle! POUSSE!

Tenea voyait bien l'ouverture s'agrandir... et du liquide en sortir. C'était bien normal, un animal comme un bébé dans le ventre de sa mère, vit dans une maison d'eau. Où il est au chaud, bien nourrit et à l'abri.

OUI vas-y BEAUTÉ! ....

Mais la jument après plusieurs hennissement de douleurs, se calma à nouveau, sans rien laisser paraitre du petit. Tenea s'allongea alors sans aucune gêne dans ses fraises écrasées par leurs poids.

avatar
Tenea Adventac

Messages : 103
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Limoges

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'arrivée du poulain

Message  Tenea Adventac le Dim 10 Juin - 9:40

La jeune femme rebondit quand les hennissements de la bête recommencèrent en force. Tenea se replaça à la sortie du petit, et cette fois, par des caresses et des encouragement la tête du poulain fit son apparition.

Tenea était terriblement émue. C'était si beau.
..

Ho le voilà ma beauté! Il s'en vient. Dit-elle à Jezabel en lui flattant le ventre et le flanc... Tu pousses un bon coup quand....

Pas le temps de terminer la phrase. Pas le temps d'en dire davantage.

Oui voilà, la douleur revint pour la jument, qu'elle hennissait difficilement, tout en sueur.... Et pourtant, aidée de Tenea, qui supporta le poids du poulain qui glissait inexorablement vers l'extérieur dans sa membrane protectrice, Jezabel donna la vie à son bébé tout aussi noir qu'elle.

Il était si chétif et pourtant si beau.


Ma beauté il est merveilleux! dit-elle à la jument en venant lui flatter le dessus de la tête. Tu as fait du joli travail.

Combien de temps c'était-il écoulé depuis l'écroulement de la jument ? Tenea ne saurait le dire, seulement, le soleil était bien haut dans le ciel. La chaleur commençait à se faire véritablement sentir. Et pourtant elles n'étaient pas au bout de leur peine. Parce que là Tenea savait qu'elle ne pouvait plus partir. Qu'elle devait retourner au Manoir. Là où devait etre les deux animaux.

Pour l'heure, le poulain devait se mettre debout sur ses pattes fragiles. Tenir en équilibre et venir s'alimenter aux mamelles de Jezabel. Et de ça, Tenea l'aida à supporter son poids, dans la mesure, où le petit parvenait avec peine à tenir. Jusqu'à ce qu'il y parvienne et tète goulument.

Pendant ce temps, Tenea souffla. Trempée et poisseuse. Mais jamais elle ne regretterait se qu'elle venait de vivre. C'était si magnifique!.
avatar
Tenea Adventac

Messages : 103
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Limoges

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

En route vers Meauzac

Message  Tenea Adventac le Ven 15 Juin - 9:49

Le temps avait si bien passé que Tenea dû se rendre à l'évidence, la journée avait filée. La clarté du jour commençait à descendre doucement. La force du soleil aussi. Ce qui la soulageait largement. Parce qu'elle aura à marcher avec le poulain dans les bras de temps à autres pour ne pas épuiser le poulain à trop marcher.

Quand mère et bébé furent bien. Car Jezabel était debout depuis belles lurettes, Tenea se releva et prit les brides de Jezabel pour la faire avancer. Ainsi le poulain suivrait doucement sa mère. Ce qu'il fit au soulagement de Tenea.

Ils marchèrent lentement, très lentement. Parce que parfois Jezabel voulait sentir son poulain, s'assurer surement qu'il était toujours là. Ou parfois, c'était le bébé lui même qui voulait une tété.
Vint par contre où l'animal fut épuisé qu'elle le prenait pour un petit bout de chemin. Heureusement que la route était simple. Qu'un juste demi tour suffisait pour aller dans la bonne direction.

Mais il fallait le dire, Tenea était amochée, à bout de fatigue et de souffle.

Par trois fois dut-elle reprendre le poulain avant de voir enfin l'ombre de Meauzac. Ho elle en était encore loin, mais juste le voir lui redonna du courage. Toutefois, il fallait encore s'arrêter, reprendre des forces et que la mère voulait sentir son rejeton.

Que Tenea abdiqua sans réticence. Elle s'affala dans une allée entre deux champs haut de blé, laissant sur la route sur le coté les deux animaux.
avatar
Tenea Adventac

Messages : 103
Date d'inscription : 24/05/2012
Localisation : Limoges

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un départ précipité

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum